Puis-je améliorer mes capacités d’apprentissages? Sans aucun doute, oui! Terminés les « de toute façon, je n’ai aucune mémoire! » ou « pour lui ou elle, c’est facile,il lit une fois et retient tout! ».

Tout d’abord, élaborons une petite définition de ce qu’est la mémoire.

Votre cerveau retient les informations à partir de 3 types de mémoire différentes :

  • La mémoire sensorielle : c’est elle qui reçoit les informations par les 5 sens (ouïe, vue, goût, toucher, odorat) . Cet enregistrement se fait à une vitesse extrêmement rapide . Elle est inconsciente. C’est elle qui nous permet de communiquer avec le monde extérieur. Par exemple, lorsque vous sentez l’odeur d’un gâteau et que cela vous rappelle les pâtisseries faites avec mamie quand vous étiez petits, c’est cette mémoire qui s’active. Vous ne gardez bien sûr qu’une infime partie ce ce que cette mémoire enregistre.
  • la mémoire à court terme : en quelques minutes, elle stocke beaucoup d’informations mais elle ne garde ces informations que quelques minutes. C’est celle, par exemple,  que vous utilisez lorsque vous devez retenir le numéro  d’un digicode. Vous êtes alors obligé de vous  le répéter sinon vous l’oubliez très vite. Cette mémoire à court terme peut se transformer en  mémoire de travail. Elle permet le raisonnement, faire des liens . C’est celle que vous utiliser en cours lorsque vous venez de découvrir une nouvelle notion et que vous faites des exercices d’application.

Mais la mémoire de travail ne permet pas la mémorisation sur une longue durée.

En effet, toutes les informations ne  seront malheureusement pas stockées. Les études en neurosciences ont démontré que le cerveau n’était en aucun cas un disque dur. Le cerveau est « autant fait pour enregistrer que pour effacer »  et  pour ne rien arranger, ce choix est fait de manière inconsciente par votre cerveau qui va décider ce qu’il « garde ou non ». Il ne fait pas toujours les choix les plus judicieux pour nos petits étudiants.

Du coup, à qui s’adresser pour conserver les informations?

  • La mémoire à long terme qui, elle, stocke les informations sur de nombreuses années. Elle peut être représentée comme la succession dans le temps de 3 grands processus de base.

Les trois processus de la mémoire à long terme:

  • l’encodage (qui donne un sens à un mot) ce processus permet de faire le lien entre la nouvelle chose apprise et ce que je sais déjà. Un nouveau réseau de neurones est crée. Si j’oublie par exemple un terme appris en classe, un indice de l’encodage peut me permettre de le retrouver.

exemple d’encodage

Imaginons que je ne me rappelle plus du mot « dictature »: des indices tels  que régime nazi, pertes des libertés individuelles, peur, régime autoritaire, fascisme me permettront peut-être de le retrouver . Tout dépend donc du réseau crée par l’encodage. Plus le réseau est important, plus vous avez de chance de retrouver dans votre mémoire la notion apprise.

        Il est donc très intéressant d’utiliser des associations d’idées ou des moyens mnémotechniques qui favoriseront l’encodage. Par exemple d’inventer une phrase qui reprendra les premières lettres d’un mot permet de les retenir.

Exemple concret

        Pour se souvenir du tableau des déclinaisons en latin ou allemand qui comprend les mots suivants: nominatif, vocatif accusatif génitif datif ablatif , mes élèves ont inventé cette phrase pour retenir ces notions  :  « nous vous accusons généralement de détruire les abeilles ». A la fin du cours, ils avaient parfaitement retenus ces notions car les liens crées par ce petit exercice mnémotechnique ont permis l’encodage .

        La mémoire est également avant tout associative :on retient mieux si on peut relier la nouvelle information à ce que nous connaissons déjà, à ce qui se réfère à notre environnement. C’est pourquoi les moyens mnémotechniques doivent être trouvés par les élèves eux mêmes. Il faut que cela est du sens pour eux! Plus il y a d’associations, meilleur sera l’apprentissage

  • le stockage : correspond à la consolidation des informations mémorisées. C’est à partir de ce moment qu’il y a moins de risque d’oublier les informations. Deux processus permettent le stockage des informations : le sommeil  et les révisions. On oublie effectivement ce qui n’est pas assez encodé. Le cerveau ne peut en effet tout retenir, à nous de lui signifier que cette information est importante lors de répétitions.
  •  la restitution (ou récupération des informations) : l’élève est alors capable de réutiliser ces informations dans une évaluation par exemple. L’encodage est suffisant pour permettre de réutiliser l’information dans un contexte autre que celui qui a permis l’acquisition de la notion .

Conclusion

Pour que notre mémoire à court terme se transforme en mémoire à long terme, il faut donc qu’il y ait un aller retour fréquent de cette mémoire de travail à la mémoire à long terme. Et c’est par la répétition, qu’il y aura une récupération des informations par la mémoire à long terme.

Mes secrets…..

Un super truc que je donne à mes élèves : la règle du 1-1-1-1.

        En réalité, nous ne retenons que 25% de ce que nous avons vu dans la journée. Si nous voulons faire comprendre à notre cerveau qu’il faut qu’il retienne une information, il faut lui montrer deux fois la même informations en 24 h.  Dans ce cas , il se dira : « attention, cette information s’est présentée à moi  deux fois en une journée, cela signifie qu’elle est potentiellement importante ».  Votre cerveau va donc la garder  une semaine.

        Si, ensuite,  nous révisons cette notion une fois au bout d’une semaine, le cerveau maintient l’information un mois .

On fait la même chose dans le mois, et ce cher cerveau reteindra l’information 1 semestre.

Il ne s’agit même pas d’apprendre l’information mais de la lire: un minimum d’efforts pour un maximums de résultats.

Autre petits conseils: le cerveau est un gros consommateur d’énergie et d’oxygène: boire de l’eau et aérer la pièce sont aussi des éléments intéressants lorsqu’on travaille 

Mieux se connaître pour mieux apprendre….

J’espère que vous en avez appris un peu plus sur le fonctionnement de notre cerveau et que cet article vous permettra d’aider votre enfant à mieux se connaître afin de faciliter son apprentissage.

Pour construire cet article, je me suis inspirée des travaux d’Eric Gaspard, Explose ton score au collège et du site le cerveau à tous les niveaux