La fin de l’année scolaire approche à grand pas et voici l’heure des bilans.

Quelle est votre attitude ?

  • êtes-vous plutôt analytique en mode « tourné vers le passé » ?  

« Qu’est-ce qui a marché? », « ai-je fait les bons choix? », «  Ai-je progressé? », «  Pourquoi me suis-je effondré en fin d’années? », «  Ai-je fait de mon mieux ? », « pourquoi est-ce que je n’ai pas réussi ? », « j’aurais du faire ça! »….

  • êtes-vous plutôt résigné, défaitiste en mode « calimero » (pour les plus jeunes, c’est un petit poussin qui passait son temps à déclamer : « C’est pas juste ! C’est jamais juste ! c’est toujours à moi qu’on s’en prend ! »)

« De toute façon, je n’y arrive pas », « ça me saoule », « encore une année….. », « et puis les profs, ils ont été trop sévères »

  • êtes-vous en mode « autruche » ?

« C’est les vacances !!! On s’en fiche »,  » On verra l’année prochaine, ça me stresse trop ! » , « De toute façon, ils le donnent à tout  le monde ce brevet, bac, je finirai bien par l’avoir »

  • êtes- vous plutôt naïf en mode « je vais bien, tout va bien… » ?

« Non, mais je vais travailler pendant mes vacances, si, si je vous le promets ! », « l’année prochaine, je vais vraiment m’y mettre »

  • peut-être ne faites vous aucun bilan, en mode « poussière que je glisse sous le tapis » (entre le mode « autruche » et le mode « caliméro » !!!!)

« ……… » traduction: Je ne me dis rien du tout et je verrai à la rentrée  !     

Quel est le problème ? Toutes ces attitudes envisagent le travail scolaire à court terme, années après années, en espérant et en croisant les doigts que ça marche !

  • On se dit qu’on fera mieux l’année prochaine ? Comment ? Magie ?
  • On reste passif et on attend qu’on prenne la décision pour moi ? Orientation, redoublement

Il faut construire sa scolarité en réfléchissant à long terme. C’est exactement la même chose lorsque vous apprenez à conduire : on vous explique qu’il faut regarder la route loin devant vous ce qui vous permet d’anticiper, de faire les choix nécessaires.

Il est évident que certains choix sont positifs :

  • On regarde vers le passé, c’est bien mais si c’est juste pour faire un bilan, c’est un peu inutile. Suis-je capable de comprendre pourquoi j’ai réussi  ou échoué ?
  • On va travailler des notions, revoir ses cours. C’est une attitude positive et qui donne des résultats. Mais si vous n’avez aucune organisation, si vous n’avez pas les bonnes méthodes pour travailler, vous ne progresserez pas.

Bien sûr, vous finirez par « passer », mais à quel prix ? Les bases ne seront pas bien maîtrisées, vous subirez vos études avec un stress et une sacrée mauvaise humeur. De plus, la plupart des écoles aujourd’hui (bac pro, ou écoles post bac) se donnent le droit de « choisir » les élèves sur dossier, il est donc évident que si vous « avez » vos années avec une moyenne plus que moyenne et des commentaires négatifs,  il y a des chances que beaucoup d’écoles vous ferment leurs portes.

Il s’agit donc de :

  • Travailler sur ses méthodes de travail : si vous avez de bonnes méthodes, vous vous en sortirez dans à peu près toutes les matières.
  • S’organiser et se donner des objectifs clairs mesurables et atteignables
  • réfléchir rapidement sur son orientation pour donner du sens à son apprentissage. Oui, on a le droit de ne pas aimer l’école, il s’agit donc justement de lui trouver un sens et réfléchir à ce qu’on va faire plus tard.
  • Se responsabiliser et devenir actif: qu’est ce que je vais mettre concrètement en place?

C’est ici qu’un professionnel peut vous aider. Il suffit parfois d’avoir un petit coup de pouce pour se remettre sur les rails. Ce n’ est jamais trop tard et on vous rappelle que vous possédez tous des qualités et des compétences qu’il suffit parfois juste d’utiliser correctement.